Le Réservoir et le Château d'eau

(Source www.archives.nantes.fr)

En 1854, la Ville voulait assurer un service de distribution d’eau à domicile. Elle négocie alors une concession de 60 ans avec la Compagnie Générale des Eaux (CGE) fondée à Paris.


L’eau prélevée quai Richebourg devait être acheminée vers un lieu suffisamment haut pour alimenter par gravité la ville et proche pour limiter le coût des canalisations à poser. Avec son altitude de 35 m, le site d’Auvours (jusqu’à lors l’emplacement de pépinières) est finalement choisi. Le réservoir est construit de 1855 à 1856 et la rue du Service des Eaux est ouverte, rebaptisée en 1874 rue d’Auvours.


A partir de 1880, les différents maires ont en permanence de profonds litiges avec la CGE : insalubrité de l’eau, fuites sur tout le réseau, comptage et coûts. En 1895, Alfred Riom, à la suite d’une énième épidémie de choléra, abrège de 20 ans la concession à la CGE et obtient la création du « Service des Eaux » municipal qui entre en service le 1er juin 1895. La Ville rachète les sites de Richebourg et d’Auvours, et commence alors la construction de l’usine de pompage et de filtration près de la Loire sur le site de la Roche (site toujours en service depuis 1899).


Le château est désaffecté en 1905.

Histoire du Château d’Auvours

(Source www.archives.nantes.fr)

En 1905 devait être projeté un bâtiment de 26 x 12 m, sur 4 niveaux. Finalement mi-1908, les marchés sont lancés pour un bâtiment allongé de 6 mètres par rapport au projet initial, avec un escalier majestueux. Une fois les travaux achevés, les bureaux y sont installés en 1910, la date gravée sur le fronton arrière.



Bien qu’équipements communaux, les bâtiments du service  d’eaux ne sont pas l’œuvre de l’architecte de la ville, mais conçu en interne par le dessinateur du service d’eaux, sous l’autorité de l’ingénieur en chef Michel qui signe le projet définitif du bâtiment administratif.

S’il affecte extérieurement sur sa façade principale l’aspect d’un château du 17e siècle il dispose déjà de planchers et d’un escalier en béton armé comme c’est désormais l’usage pour ce type d’édifice. Il bénéficie pour l’époque d’un équipement moderne : chauffage central, éclairage électrique, ligne de téléphone, un mobilier en chêne fonctionnel.


Les sculptures de la façade sont l'œuvre du nantais Georges Perraud.

Les quatre niveaux du Château avaient les affectations suivantes :

  • Au rez-de-chaussée, se trouvaient les comptables, les receveurs collecteurs et le Service Travaux,
  • Au premier étage, la Direction et les bureaux d’étude pour l’eau mais aussi de l’assainissement,
  • Au second étage, sous les toits, l’horloge électrique (innovation pour l’époque), un logement de 4 pièces pour le garçon de bureau et des archives de chaque côté,
  • Le sous-sol fut aménagé en 1912 avec des magasins dans le couloir central et une voie ferrée de 40 cm pour faire circuler des wagonnets de manutention. D’après M Guillon de Princé, ancien ingénieur au bureau d’étude, il y aurait eu aussi une pente pour l’accès des charrettes hippomobiles, et des crochets dans le sous-sol pour y attacher les chevaux. Un monte-charge fut construit plus tard dans la cour derrière le bâtiment permettant de remonter les charges des sous-sols.

Crédit photos : Cédric BLONDEEL - www.fromyourcity.com

Le Service des Eaux se développant, la place commençait à manquer et un bâtiment moderne, fut construit en 1965 derrière le « Château ». A l’intérieur se trouvaient les services gestion des travaux, la comptabilité et l’accueil du public au rez-de-chaussée, et à l’étage étaient installés le bureau de dessin et les archives. Un projet prévoyait une extension doublant la surface mais ne verra jamais le jour.


Avant 1978, la toiture du bâtiment du service des Eaux, côté Nord servant aux archives, est modifiée en un logement d’environ 100 m², avec 4 fenêtres de toit orientées vers l’arrière. Les locataires de ce logement, comme de celui derrière la pendule, étaient d’astreinte pour pouvoir fournir du matériel en cas d’urgence.


En 1994, les services Direction, Gestion, Comptage et Etudes quittent après 84 ans leurs bureaux « aux parquets cirés et grinçants » pour un immeuble moderne situé le long du boulevard Seattle sur le site de la Roche.


Entre les années 1990 et 2013, le Château et son extension devient un « Centre multiservices » de la mairie de Nantes et a accueilli nombreuses associations.


En 2015 Qualytim poursuit l'histoire du château d'Auvours, en lançant le projet de sa réhabilitation en bureaux et logements de standing, baptisé désormais Hôtel Viarme.